Tuesday, September 2, 2014

Voyage.




Jacket : Voyage via Koshka / Socks & Black Dungarees : Asos / Vegan Orange Lipstick : Mia & Lillie / The rest is second hand.


«Voyage».

Au-delà de la connotation magique qui s'échappe de ce mot, Voyage est aussi la marque de cette veste douce et colorée, d'ailleurs baptisée «Casablanca». Il ne manquerait plus qu'un fez pour compléter la tenue, mais pour rien au monde je ne troquerais mon fidèle chapeau contre un autre couvre-chef.
Je pourrais déjà m'imaginer parcourir les rues de cette ville Marocaine, sous un soleil de plomb, ma veste éclatante assortie à un ciel sans nuage, à une eau azur et limpide.

On reste dans le même esprit d'évasion que l'article précédent. C'est vrai que, mon voyage en Chine approchant à grands pas, mon esprit n'a d'yeux que pour ce qui tourne autour des voyages, justement. Et le temps file à une vitesse folle. Je pensais qu'il m'en resterait une petite poignée pour tout préparer, qu'une certaine marge m'était laissée, mais voilà; nous sommes en Septembre, un joli mois de Septembre qui nous fait profiter des dernières lueurs de l'été, et dans sept semaines, je serai partie. C'est irréel, j'aurais presque un mauvais pressentiment, comme si c'était impossible que cela fonctionne. Ça m'a parut tellement simple.

Je rêvais de la Chine sans vraiment m'imaginer y mettre les pieds un jour. Ce pays restait une chimère, un paradis inaccessible, un fantasme. Je ne saurais l'expliquer, mais pendant longtemps, j'ai rêvé de voyages sans pour autant croire que je partirai un jour, comme résignée à la seule pensée que cela n'était permis qu'aux «autres». Mais j'y suis, sans pour autant y être, car non, je ne réalise pas encore dans quelle aventure je me suis engagée.

Vous est-il arrivé d'être sur le point de réaliser un de vos rêves, puis soudain de douter et de vouloir tout arrêter ? J'ai parfois l'impression que nous voulons laisser nos rêves au stade imaginaire, par peur d'être déçu ou de ne pas être à la hauteur.



«Voyage».

Beyond the magical connotation which escapes from this word, Voyage is also the brand of this bright and soft jacket called «Casablanca», sold on the mesmerizing shop Koshka . I could just have to put a fez on to complete the costume, but never I would trade my trusty hat with another headgear.
I can already imagine myself walking in the streets of this Moroccan city, under a blazing sun, my brilliant jacket matching with a sky without cloud, a limpid and azur water.

We stay in the same thematic of evasion as the previous article. My departure date to China become closer, my soul only has eyes for things related to travel. Time flies by so quickly. I thought I would still have a handful of it to prepare everything, but we're already in September; delightful September month where the last summer lights are shining, rewarming our hearts. And I'm leaving in seven weeks. It is unreal, I have an uncomfortable feeling, as if it would be impossible it can work. It seemed to be too simple to me.

I dreamed about China without truly imagine I would set a foot on this land one day. This country was like a chimera, an inaccessible paradise, a phantasm. I couldn't explain why, but there was a time I dreamed about travels without believing I would leave one day, as if I was resigned by the only thought that it was a privilege allowed to «others». I don't even realise in which adventure I've committed myself.

Did it happen you were at the very point to fulfill one of your dream, but then starting to doubt and close to cancel everything ? I sometimes have the impression we want to keep our dreams on an imaginary level, by the fear of being disapointed or not up to it.


Monday, August 18, 2014

L'Olmèque.



J'aime quand mes passions s'entremêlent.

Notamment lorsqu'il s'agit de voyages et d'habits. Les vêtements ethniques et costumes traditionnels m'ont toujours inspirés, qu'importe leur provenance. Je suis fascinée par la créativité des peuples à avoir instauré d'aussi beaux habits dans leur culture.

J'ai d'ailleurs parfois du mal à imaginer que certaines civilisations aient pu vraiment fouler la même Terre que nous. Certains empires grandioses, auparavant si puissants, réduits à néant en une poignée de siècles. La Grèce et l'Égypte antique, et toutes ces civilisations pré-Colombiennes - pour n'en citer qu'un petit nombre - vivant aux gré de croyances et de magie; qu'est-ce qui a changé de nos jours ? J'ai parfois l'impression qu'en Occident, nous avons anéanti toute trace de fantaisie.

C'est dans les accessoires que j'aime faire ressortir certains imprimés ethniques. Je suis férue de chaussettes, et j'ai eu un véritable coup de cœur pour ces chaussettes "Olmèque" de Sammy Icon. C'est cet esprit de voyage qui m'a attirée, tous ces imprimés colorés et originaux présents dans leur collection invitent à l'évasion.



I appreciate when my interests become entangled.

In particular when it's about travels and clothes. Ethnic costumes has always inspired me, wherever they come from. I am fascinated by the creativity of some nations to have established such beautiful attires in their culture.

Sometimes I can barely imagine some civilisations could have set foot on the same Earth as us. Some grandiose empires, beforehand so powerful, reduced to nil in few centuries. Ancient Greece, Ancient Egypt, and all these pre-Columbian civilisations - only to name a few of them - living according to beliefs and magic; what has changed nowadays ? I often have the impression our Occidental culture has annihilated every trace of fantasy.

It's with accessories that I like to bring out ethnic prints. I am fond of socks, and I had a real crush for these "Olmec" socks from Sammy Icon. I've been attracted by this travel vibe presented in the collection, with all those colorful and original prints which invite to evasion.


Wednesday, July 16, 2014

Move Your Dancing Feet.



On pourrait comparer un trait de personnalité à un trait de crayon.

Ainsi, la gomme pourrait être le passage du temps. Un trait de crayon bien appuyé restera en partie visible, même après le passage de la gomme. On ne peut jamais vraiment gommer nos traits de caractère, qu'importe qu'on veuille camoufler nos ratures, le papier restera à jamais marqué.

Je crois en l'évolution et en l'amélioration de notre être à mesure que le temps passe. C'est le temps qui nous façonne et nous rend sage. Cependant, c'est de part quelques circonstances que ces briques qui nous construisent peuvent s'écrouler et mettre à nu le cœur de nos entrailles. Nous sommes notre passé qui coule dans nos veines et qui alimente notre mémoire. N'ayons pas peur d'écouter ces vieux fantômes, que l'on croyait à jamais noyés dans les eaux profondes de notre amnésie volontaire, refaisant surface pour nous rappeler à l'ordre et nous murmurer dans le creux de l'oreille qu'il ne faut pas oublier. Ne jamais oublier quelle personne nous avons été au départ du chemin. C'est ce sentier cabossé et tortueux que nous avons traversé, au gré des soleils et des tempêtes, ce sentier qui nous forge et qui ne cesse d'être sculpté sous la pression de nos pas. Il faut regarder en arrière pour comprendre et pouvoir être fier, sans perdre de vue les champs de lavande dont le somptueux parfum nous guide par delà les brouillards et les nuits sans lune. L'évolution à ce même avantage et inconvénient; rien ne peut tout à fait redevenir comme avant.



I believe time helps us to evolve, to become a better person.

Time shapes us and makes us wiser. However, the bricks which build ourselves may collapse, exposing our wounds and weaknesses. We are our past that flows in our veins and feeds our memory. We should not be afraid to listen to those old ghosts, the ones we thought they've drowned in the depth of our willed amnesia, coming back to whisper in our ear why we should never forget. Never forget the person you were at the beginning of the path. This twisty and chalky path we have crossed, through storms and sunlight, never cease to be carved under the pressure of our feet. We should look back to understand and to be proud, without losing sight of the lavender fields whose delightful smell guide us beyond the fog and moonless nights. Evolution has this very same advantage and drawback; nothing can be precisely the same as before.


Friday, June 27, 2014

Brune.




Playsuit, Wig, Bracelet : Yesfor.


J'ai toujours aimé me déguiser.

Les soirées à thème étaient pour moi une partie de plaisir. C'est étonnant de pouvoir se transformer, se regarder dans le miroir et être face à quelqu'un d'autre que soi.
C'est pour ça que j'aime beaucoup les perruques. J'avais écris un article, il y a déjà un moment de cela, où j'en portais une longue. Ici, j'ai opté pour cette perruque courte qui vient de chez Yesfor. Je suis frappée de voir à quel point un simple changement capillaire transforme complètement l'aspect de mon visage. Je peux rester plusieurs minutes scotchée devant mon miroir, à m'examiner sans vraiment avoir recul, interloquée comme face à un problème mathématique.

Je ne porte jamais de rouge, sauf en pyjama. Néanmoins, je trouvais cette combinaison vraiment mignonne, et le fait de la porter avec des cheveux bruns en change considérablement l'effet. Je ne saurais trop dire pourquoi, sans doute un cliché inconscient, une brune habillée en rouge me fait tout de suite penser au terme "femme fatale". J'en suis bien loin, et puis jusqu'à nouvel ordre, je me cantonnerais à mon blond platine défraîchi.

Avez-vous essayé beaucoup de couleurs de cheveux ? Laquelle vous va le mieux ?



I always enjoyed to be disguised.

Party themes were a pleasure for me. It is surprising to be able to transform ourselves, looking at us in the mirror and feeling like a stranger in our own body.
That's why I love wigs. I wrote an article some times ago where I wore a long brown one. Here, I opted for this short wig from Yesfor. I'm amazed to see how a simple hair change literally transforms the aspect of my face. I can stay several minutes in front of my mirror, looking at myself, taken aback as if I had to solve a mathematical problem.

I never wear red, except for my pyjama. However, I found this playsuit really cute, and wearing it with brown hair considerably change its effect. I couldn't really explain why, maybe an unconscious cliché, a brown haired woman dressed in red symbolizes for me the word "femme fatale". I'm far from this appellation, and for now, I'll stay with my faded platinum blond.

Have you tried a lot of hair colors ? Which one suits you the best ?


Monday, June 16, 2014

Destino.




Black longline gilet : Front Row Shop / Jelly sandals : Asos / Maxi dress : Asos / Printed shirt, backpack & scarf : Second Hand.


Une si longue absence.

Le temps s'égraine, je n'arrive plus à en ramasser une miette. C'est là qu'on remarque la subjectivité de cette notion; le temps n'est ni lent, ni rapide. Le temps n'est rien, d'ailleurs. C'est simplement notre perception et notre conscience qui le fait exister.

Entre la fin d'une étape et le début d'une autre, je n'ai eu que peu de répit. Néanmoins, j'ai pu goûter pour quelques jours à la douceur de ma Loire chérie, et en profiter pour retomber dans mon activité de blogueuse. Ici en l'occurrence, c'est ce magnifique gilet de chez FrontRowShop qui m'a motivé à reprendre du service. Je dois avouer que ces derniers mois, ma passion pour l'Asie n'a cessé de se décupler, et mon inspiration vestimentaire s'oriente vers des formes plus amples et fluides, dans un certain esprit Japonais. C'est d'ailleurs ce même esprit qui m'a beaucoup plu dans les collections de FrontRowShop.

L'heure est à la prise de conscience globale. Accepter l'imperfection, faire preuve d'altruisme, orienter mes pensées vers le moment présent. C'est assez curieux d'ailleurs, comme le changement intérieur se répercute sur notre enveloppe extérieure. C'est là que je constate que les vêtements peuvent vraiment être le miroir de l'âme, ou du moins l'expression de notre identité. Je ne cherche plus à faire compliqué, j'ai abandonné mes vêtements trop serrés, mes chaussures trop inconfortables. Je me débarrasse du superflu, intérieur comme extérieur.



It was a long absence.

Time is passing by, I can't even grab a little piece of it. Time is subjective; it's neither slow or fast. Time is nothing; only our perception and our conscious are making it real.

Between the end of a stage and the begining of a new one, I didn't have respite. However, I could enjoy for few days the mildness of my lovely Loire and work a bit on my blog. Here in this case, it's this beautiful gilet from FrontRowShop which motivated me to get back into action. I must say, in the past months, my passion for Asia never stopped to increase and my sartorial inspiration is more focused on loose and fluid forms, inspired by Japanese spirit. That's why I loved so much the collections of FrontRowShop, which are close to this idea.

These days have been dedicated to self-awareness. To accept imperfection, to show altruism, to turn my thoughts on the present moment. It is pretty curious to notice how an inner change has an impact on our external appearence. In this case clothes are the true expression of our identity. I no longer try to make it complicated, I've abandonned my tight clothes and my incomfortable shoes. I'm letting go the superfluous, inside as well as outside.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...