Wednesday, July 16, 2014

Move Your Dancing Feet.



On pourrait comparer un trait de personnalité à un trait de crayon.

Ainsi, la gomme pourrait être le passage du temps. Un trait de crayon bien appuyé restera en partie visible, même après le passage de la gomme. On ne peut jamais vraiment gommer nos traits de caractère, qu'importe qu'on veuille camoufler nos ratures, le papier restera à jamais marqué.

Je crois en l'évolution et en l'amélioration de notre être à mesure que le temps passe. C'est le temps qui nous façonne et nous rend sage. Cependant, c'est de part quelques circonstances que ces briques qui nous construisent peuvent s'écrouler et mettre à nu le cœur de nos entrailles. Nous sommes notre passé qui coule dans nos veines et qui alimente notre mémoire. N'ayons pas peur d'écouter ces vieux fantômes, que l'on croyait à jamais noyés dans les eaux profondes de notre amnésie volontaire, refaisant surface pour nous rappeler à l'ordre et nous murmurer dans le creux de l'oreille qu'il ne faut pas oublier. Ne jamais oublier quelle personne nous avons été au départ du chemin. C'est ce sentier cabossé et tortueux que nous avons traversé, au gré des soleils et des tempêtes, ce sentier qui nous forge et qui ne cesse d'être sculpté sous la pression de nos pas. Il faut regarder en arrière pour comprendre et pouvoir être fier, sans perdre de vue les champs de lavande dont le somptueux parfum nous guide par delà les brouillards et les nuits sans lune. L'évolution à ce même avantage et inconvénient; rien ne peut tout à fait redevenir comme avant.



I believe time helps us to evolve, to become a better person.

Time shapes us and makes us wiser. However, the bricks which build ourselves may collapse, exposing our wounds and weaknesses. We are our past that flows in our veins and feeds our memory. We should not be afraid to listen to those old ghosts, the ones we thought they've drowned in the depth of our willed amnesia, coming back to whisper in our ear why we should never forget. Never forget the person you were at the beginning of the path. This twisty and chalky path we have crossed, through storms and sunlight, never cease to be carved under the pressure of our feet. We should look back to understand and to be proud, without losing sight of the lavender fields whose delightful smell guide us beyond the fog and moonless nights. Evolution has this very same advantage and drawback; nothing can be precisely the same as before.


Friday, June 27, 2014

Brune.




Playsuit, Wig, Bracelet : Yesfor.


J'ai toujours aimé me déguiser.

Les soirées à thème étaient pour moi une partie de plaisir. C'est étonnant de pouvoir se transformer, se regarder dans le miroir et être face à quelqu'un d'autre que soi.
C'est pour ça que j'aime beaucoup les perruques. J'avais écris un article, il y a déjà un moment de cela, où j'en portais une longue. Ici, j'ai opté pour cette perruque courte qui vient de chez Yesfor. Je suis frappée de voir à quel point un simple changement capillaire transforme complètement l'aspect de mon visage. Je peux rester plusieurs minutes scotchée devant mon miroir, à m'examiner sans vraiment avoir recul, interloquée comme face à un problème mathématique.

Je ne porte jamais de rouge, sauf en pyjama. Néanmoins, je trouvais cette combinaison vraiment mignonne, et le fait de la porter avec des cheveux bruns en change considérablement l'effet. Je ne saurais trop dire pourquoi, sans doute un cliché inconscient, une brune habillée en rouge me fait tout de suite penser au terme "femme fatale". J'en suis bien loin, et puis jusqu'à nouvel ordre, je me cantonnerais à mon blond platine défraîchi.

Avez-vous essayé beaucoup de couleurs de cheveux ? Laquelle vous va le mieux ?



I always enjoyed to be disguised.

Party themes were a pleasure for me. It is surprising to be able to transform ourselves, looking at us in the mirror and feeling like a stranger in our own body.
That's why I love wigs. I wrote an article some times ago where I wore a long brown one. Here, I opted for this short wig from Yesfor. I'm amazed to see how a simple hair change literally transforms the aspect of my face. I can stay several minutes in front of my mirror, looking at myself, taken aback as if I had to solve a mathematical problem.

I never wear red, except for my pyjama. However, I found this playsuit really cute, and wearing it with brown hair considerably change its effect. I couldn't really explain why, maybe an unconscious cliché, a brown haired woman dressed in red symbolizes for me the word "femme fatale". I'm far from this appellation, and for now, I'll stay with my faded platinum blond.

Have you tried a lot of hair colors ? Which one suits you the best ?


Monday, June 16, 2014

Destino.




Black longline gilet : Front Row Shop / Jelly sandals : Asos / Maxi dress : Asos / Printed shirt, backpack & scarf : Second Hand.


Une si longue absence.

Le temps s'égraine, je n'arrive plus à en ramasser une miette. C'est là qu'on remarque la subjectivité de cette notion; le temps n'est ni lent, ni rapide. Le temps n'est rien, d'ailleurs. C'est simplement notre perception et notre conscience qui le fait exister.

Entre la fin d'une étape et le début d'une autre, je n'ai eu que peu de répit. Néanmoins, j'ai pu goûter pour quelques jours à la douceur de ma Loire chérie, et en profiter pour retomber dans mon activité de blogueuse. Ici en l'occurrence, c'est ce magnifique gilet de chez FrontRowShop qui m'a motivé à reprendre du service. Je dois avouer que ces derniers mois, ma passion pour l'Asie n'a cessé de se décupler, et mon inspiration vestimentaire s'oriente vers des formes plus amples et fluides, dans un certain esprit Japonais. C'est d'ailleurs ce même esprit qui m'a beaucoup plu dans les collections de FrontRowShop.

L'heure est à la prise de conscience globale. Accepter l'imperfection, faire preuve d'altruisme, orienter mes pensées vers le moment présent. C'est assez curieux d'ailleurs, comme le changement intérieur se répercute sur notre enveloppe extérieure. C'est là que je constate que les vêtements peuvent vraiment être le miroir de l'âme, ou du moins l'expression de notre identité. Je ne cherche plus à faire compliqué, j'ai abandonné mes vêtements trop serrés, mes chaussures trop inconfortables. Je me débarrasse du superflu, intérieur comme extérieur.



It was a long absence.

Time is passing by, I can't even grab a little piece of it. Time is subjective; it's neither slow or fast. Time is nothing; only our perception and our conscious are making it real.

Between the end of a stage and the begining of a new one, I didn't have respite. However, I could enjoy for few days the mildness of my lovely Loire and work a bit on my blog. Here in this case, it's this beautiful gilet from FrontRowShop which motivated me to get back into action. I must say, in the past months, my passion for Asia never stopped to increase and my sartorial inspiration is more focused on loose and fluid forms, inspired by Japanese spirit. That's why I loved so much the collections of FrontRowShop, which are close to this idea.

These days have been dedicated to self-awareness. To accept imperfection, to show altruism, to turn my thoughts on the present moment. It is pretty curious to notice how an inner change has an impact on our external appearence. In this case clothes are the true expression of our identity. I no longer try to make it complicated, I've abandonned my tight clothes and my incomfortable shoes. I'm letting go the superfluous, inside as well as outside.


Wednesday, May 7, 2014

The Olive Tree.


Don't ask from where I have come.
My home is far, far away.
Why do you wander so far ?


Il fallait le faire.

J'aurais pu patienter encore des mois, des années, une vie. Il arrive un moment où il faut prendre ses rêves en mains, les extraire de sa conscience et les balancer là, sur le fil de son existence. Non, plus tard n'est jamais mieux, plus tard n'arrive jamais. On remet tout à plus tard. On s'accable de prétextes, le moment n'est jamais venu; on dit qu'on manque d'argent, de temps. On manquera toujours d'argent et de temps. Finalement, ce qui nous retient de vivre nos rêves, c'est la peur.
Peur de l'échec, peur d'y laisser notre confort, notre sécurité. Peur de l'inconnu, peur de l'effort. Peur de vivre. Je ne veux plus avoir peur.

Avec un aller simple en poche pour la Chine, je m'en vais découvrir les contrées de l'Extrême-Orient, dans cinq mois seulement. Cinq mois ! Et rien n'est prêt. Cinq mois, quelle folie ! Et plus j'y pense, plus mon esprit s'échappe déjà dans ces paysages que j'imagine onirique, et qui me sont pourtant encore inconnus.
Je me suis posé beaucoup de questions. On s'en pose tous, on s'interroge sans cesse. C'est primordial, il faut s'interroger, il faut dénicher ce que notre être profond désir plus que tout. Nous n'avons qu'une vie pour accomplir nos rêves. L'avancée du monde, l'avenir incertain, la décadence de notre société auront eu raison de ma décision; qu'est-ce qui importe vraiment, au fond ? Dans quelle illusion vivons-nous ? Tout est éphémère, tout peut s'écrouler. Et personne, jamais personne, ne sera heureux à notre place. Nous sommes les uniques responsables de notre bonheur.

Je ne sais pas ce qu'il adviendra de ce voyage. Je n'ai pas prévu de date de retour. Nul ne peut prédire si mon courage s'effondrera au bout de deux semaines, ou au bout d'un an. Je ne sais pas, je ne veux pas savoir. Je veux le vivre.
J'ai des centaines de projets en tête. Mon cerveau baigne dans un jus d'idées en ébullition. Je n'arrive pourtant pas à les mettre en place, à les extraire, comme je le disais plus haut. Quel est ce blocage invisible et pourtant si féroce, si dévastateur ? Le voyage, c'est aussi pour cela que je veux l'accomplir; de nouvelles portes s'ouvrent, des sourires, des rencontre propices à stimuler notre créativité, notre force, notre volonté. Je le sais, le plus souvent il ne suffit pas d'aller bien loin. Mais il y a de ces pays qui vous appellent, et leur écho résonne en vous pendant des mois, des années, une vie. Dès lors, il faut le laisser guider nos pas.



I had to do it.

I could have waited for months, for years, for life. There's a moment where you have to hold your dreams in your hands, extract them from your conscious and throw them right here on your life path. No, later is not better, later never happens. You burry yourself under excuses, thinking it's not the right moment; you say you never have enough time, enough money. You'll never have enough time nor enough money. Fear, it is only fear which prevents you to live your dreams.
Fear of failures, fear to leave your comfort zone, to leave your security. Fear to face the unknown, fear to make efforts. Fear to live. I don't want to be afraid anymore.

With a one-way ticket to China, I'm going to explore the lands of the Far East. The departure is scheduled for octobre 2014. In five months ! And nothing is ready. Five months, what a madness ! And the more I'm thinking about it, the more my soul is escaping in those landscapes I imagine to be oniric.
I asked myself thousands of questions. All of us, we're constantly asking questions to ourselves, we need to find answers. It is essential, you have to ask questions, you have to find out what is your deepest desire. We only have one life to fulfill our dreams. The uncertain future, the way the world goes mad... it confirmed my decision; in the end, what does really matter in life ? In which illusion are we living ? Everything is ephemeral, everything can crash down. We are the only responsible for our own happiness.

I don't know what will happen during this trip. I haven't schedule any return date. No one can predict if my courage will collapse after two weeks, or after one year. I don't know, I don't want to know. I want to live it.
I have hundred of projects in mind. My brain soak in a boiling juice of ideas. I can't extract them, I can't make them real. What is this invisible blocking, yet ferocious and devastating ? The voyage, it is also the reason I want to accomplish it; it opens new doors, smiles and encounters favourable to stimulate your creativity, your force, your willpower. I know, sometimes you don't need to go far away. But there are some of those countries which are calling you, and their echo resound into you for months, for years, for life. Then, just let it guide your feet.


Monday, April 21, 2014

DIY : Lotion tonique pour le visage - naturel & fait maison.


J'attache une grande importance à ce qui est naturel.

C'est pour cela que j'ai complètement arrêté d'acheter des cosmétiques pour la peau. Pourquoi tant de noms agressifs et complexes réunis dans un produit où seulement trois ou quatre d'entre eux seraient réellement utiles ? Je n'aime pas me dire que j'applique ces substances inconnues, voire nocives. Je me tourne de plus en plus vers le tout naturel et le fait maison - le dilemme, c'est la décoloration de mes cheveux, mais c'est une autre histoire.
Mon geste du matin pour faire ma toilette, c'est d'appliquer cette lotion tonique sur mon visage pour me "réveiller", puis de l'huile de coco pour m'hydrater.

Passons donc aux choses sérieuses. Qu'avons-nous besoin pour créer une lotion tonique au naturel ?

• Un sachet de thé vert (antioxydant, purifie et apaise la peau)
• Un demi-citron (éclaircissant, tonifiant, anti-imperfections)
• Quelques gouttes de votre huile essentielle préférée (parfume, vertus différentes selon les huiles)
• Optionnel - Un peu de bicarbonate de soude (exfoliant)
• Un flacon vide (j'en ai pris un de 200 ml) et éventuellement un entonnoir (on peut se débrouiller sans, mais personnellement j'en ai mis partout à côté).

Faites chauffer de l'eau jusqu'à ce qu'elle soit frémissante. Laissez infuser votre thé vert dedans pendant toute une journée. Une fois le thé infusé, versez-le dans votre flacon, pressez le demi-citron et ajouter le jus, les gouttes d'huile essentielle et quelques pincées de bicarbonate de soude si vous le souhaitez. Fermez le flacon, agitez bien le tout. Voilà, votre lotion est prête ! Vous pouvez ensuite vous hydrater avec une huile végétale, selon votre type de peau.
Simple et efficace, votre peau en sera plus douce et radieuse ;-)

Quelles sont vos astuces pour avoir un beau teint ?



Homemade and natural facial toner.

I attach importance to natural products. That's why I've stopped to buy cosmetics for the skin. Why so many agressive and complicated names gathered in a product where only three or four of them would be really useful ? I don't like to think that I apply those unknown substances on my skin. I'm more focused on the all-natural and homemade products - the dilemma is that there's no natural way to bleach my hair, but that's another story.
The morning, I use this facial toner to "awake" my skin, then I moisturize it with coconut oil.

So, let's start to make our own natural facial toner ! What do we need ?

• A green tea bag (antioxidant, purifies and soothes the skin)
• 1/2 lemon (lightens, anti-imperfections)
• Few drops of your favourite essential oil (check out the different properties of essential oils)
• Optional - 1/2 teaspoon of baking soda (exfoliates)
• An empty flacon (I took one of 200 ml) and eventually a funnel (even though you can manage without it).

Heat water until it simmers. Pour the water on the green tea bag, steep it for a day. When it is done, pour it in your flacon, squeeze the lemon, add its juice, the drops of the essential oil and the baking soda. Close the flacon and shake it. There it is, your lotion is ready ! Then you can moisturize your skin with vegetable oil, according to your skin type.
Simple and effective, your skin will be softer and radiant ;-)

What are your tricks to have a beautiful complexion ?





Follow Couleur Spleen Follow Me on Pinterest

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...