Tuesday, September 30, 2014

Nubivagus.




Skirt : Look Vintage ♥ / Bustier : ASOS / Kimono : Mom's / Vegan Blackberry Lipstick : EpicallySoap

Celle qui voyageait à travers les nuages.
Entre ciel et terre, en deçà de l'atmosphère, elle brûla ses ailes. Déchue sur un sol de flamme, ainsi se consumait son âme ; est-ce bien là le sort des enfants des rêves ?
Tel un fantôme jour de solstice, son linge est blanc, pur comme le lys ; quiconque s’en approche la voit s’estomper, comme une fumée dansante, mystique et éthérée.
Qui vient du monde des nuages transforme la réalité en mirages. Un regard dans l’azur comme des œillères sur l’absurde ; il fait bon de rêver au pays des damnés.
Nubivagus non est liber.


The one who travel across the clouds.
Between sky and earth, below the atmosphere, she burned her wings. Fallen on an ember soil, her soul was consumed with regrets; is this the fate for a dreaming child ?
Like a ghost on a solstice day, her linen is white, pure as a lily; whoever approaches sees her fading away, as a dancing fog, mystical, ethereal.
Who comes from the kingdom of clouds transforms reality into mirages. A glance in the azur as blinders on the absurd; better to dream in the land of damned.
Nubivagus non est liber.


Viendra le jour où moi aussi je m'estomperais ; merci à Look Vintage pour cette superbe jupe illustrant l'une des dernières tenues que je présenterai ici.
Tout ce qui commence prend fin, un jour ou l'autre. Je ferai des adieux dignes de ce nom, bien que je ne disparaîtrais pas entièrement ; vous serez les premiers avertis de la continuation de mes projets. Je crois au changement positif, il est bon de se lancer dans de nouvelles aventures.


The day will come I'll also fade away; thank you Look Vintage for this marvellous skirt which illustrates one of the last outfit I'll present on this blog.
Everything which starts encounters an end, one day or another. I'll make proper farewells, even if I won't totally disappear; you'll be the first ones to be informed about my next projects. I believe in positive change, it is worth to start new adventures.


Wednesday, September 17, 2014

Time Well Spent.





Thai Fisherman Pants : DIY / Knitted Kimono : Yesfor / Collier : Look-Vintage / Jelly Sandals : Asos / Crop Top : Koshka

Le pantalon du pêcheur Thaïlandais.
Ou le pantalon qui révolutionna ma vie. Tellement confortable qu'il me sert également de pyjama ! C'est une petite merveille, très simple à réaliser soi-même. J'ai déniché ce tissu rayé à Emmaüs, l'idée m'est immédiatement venue de faire un pantalon Thaï avec. Je posterai - bientôt - un tutoriel étapes par étapes pour vous permettre de fabriquer le vôtre.
La douce brise balaie les dernières journées d'été, faisant tourbillonner les feuilles déjà rouges et orangées. Il est temps de préparer ses petits pulls. J'ai attendu suffisamment longtemps - tout un été - pour pouvoir enfiler ce joli kimono en maille de chez Yesfor. En cette période, je m'amuse à jouer avec les proportions : haut court, pantalon taille haute, long cardigan. Et pleins de bijoux, dont mon collier favori provenant de la merveilleuse caverne d'Ali-Baba, Look Vintage.
Lorsque arrive l'automne, j'aime beaucoup immortaliser l'événement en ramassant les dernières petites fleurs & feuilles de la saison, puis les presser entre les pages d'un livre. C'est aussi la période de l'année pendant laquelle je préfère me balader et prendre des photos. Le temps est doux, figé, flegme. Le soleil perce moins, lui aussi se prépare au sommeil, doucement. C'est toute la Nature qui enfile un autre costume, si apaisant et nostalgique.
Comment vivez-vous la transition été/automne ? Quels sont vos rituels ?


The Thai Fisherman's Pants.
Or the pants which revolutionized my life. So comfortable, I use them as pyjama bottoms as well ! A little wonder, so easy to make by yourself. I've found this fabric at Emmaüs, the idea of creating a Thai pants with it immediately popped up in my mind. I'll post - soon - a step by step tutorial for you to create your own one.
The soft breeze is sweeping up the last summer days, making swirling the red and orange leaves. Time comes to prepare our little sweaters. I've waited enough time - a whole summer - to wear this gorgeous knitted kimono, from Yesfor. These days, I like to play with proportions : crop top, high waisted pants, long cardigan. And tons of jewellery, whose my favourite necklace from the delightful shop Look Vintage.
When Autumn comes, I like to immortalize the event by picking the last flowers & leaves of the season, and drying them between the pages of a book. It is also my favourite period of the year to walk and to take pictures. Time is smooth, static, impassive. The sun gets shy, slowly preparing itself for sleeping. The whole Nature put on a different costume, soothing and nostalgic.
How do you prepare yourself for transitional seasons ? What are your rituals ?



Tuesday, September 2, 2014

Voyage.




Jacket : Voyage via Koshka / Socks & Black Dungarees : Asos / Vegan Orange Lipstick : Mia & Lillie / The rest is second hand.

«Voyage».
Au-delà de la connotation magique qui s'échappe de ce mot, Voyage est aussi la marque de cette veste douce et colorée, d'ailleurs baptisée «Casablanca». Il ne manquerait plus qu'un fez pour compléter la tenue, mais pour rien au monde je ne troquerais mon fidèle chapeau contre un autre couvre-chef.
Je pourrais déjà m'imaginer parcourir les rues de cette ville Marocaine, sous un soleil de plomb, ma veste éclatante assortie à un ciel sans nuage, à une eau azur et limpide.
On reste dans le même esprit d'évasion que l'article précédent. C'est vrai que, mon voyage en Chine approchant à grands pas, mon esprit n'a d'yeux que pour ce qui tourne autour des voyages, justement. Et le temps file à une vitesse folle. Je pensais qu'il m'en resterait une petite poignée pour tout préparer, qu'une certaine marge m'était laissée, mais voilà; nous sommes en Septembre, un joli mois de Septembre qui nous fait profiter des dernières lueurs de l'été, et dans sept semaines, je serai partie. C'est irréel, j'aurais presque un mauvais pressentiment, comme si c'était impossible que cela fonctionne. Ça m'a parut tellement simple.
Je rêvais de la Chine sans vraiment m'imaginer y mettre les pieds un jour. Ce pays restait une chimère, un paradis inaccessible, un fantasme. Je ne saurais l'expliquer, mais pendant longtemps, j'ai rêvé de voyages sans pour autant croire que je partirai un jour, comme résignée à la seule pensée que cela n'était permis qu'aux «autres». Mais j'y suis, sans pour autant y être, car non, je ne réalise pas encore dans quelle aventure je me suis engagée.
Vous est-il arrivé d'être sur le point de réaliser un de vos rêves, puis soudain de douter et de vouloir tout arrêter ? J'ai parfois l'impression que nous voulons laisser nos rêves au stade imaginaire, par peur d'être déçu ou de ne pas être à la hauteur.


«Voyage».
Beyond the magical connotation which escapes from this word, Voyage is also the brand of this bright and soft jacket called «Casablanca», sold on the mesmerizing shop Koshka . I could just have to put a fez on to complete the costume, but never I would trade my trusty hat with another headgear.
I can already imagine myself walking in the streets of this Moroccan city, under a blazing sun, my brilliant jacket matching with a sky without cloud, a limpid and azur water.
We stay in the same thematic of evasion as the previous article. My departure date to China become closer, my soul only has eyes for things related to travel. Time flies by so quickly. I thought I would still have a handful of it to prepare everything, but we're already in September; delightful September month where the last summer lights are shining, rewarming our hearts. And I'm leaving in seven weeks. It is unreal, I have an uncomfortable feeling, as if it would be impossible it can work. It seemed to be too simple to me.
I dreamed about China without truly imagine I would set a foot on this land one day. This country was like a chimera, an inaccessible paradise, a phantasm. I couldn't explain why, but there was a time I dreamed about travels without believing I would leave one day, as if I was resigned by the only thought that it was a privilege allowed to «others». I don't even realise in which adventure I've committed myself.
Did it happen you were at the very point to fulfill one of your dream, but then starting to doubt and close to cancel everything ? I sometimes have the impression we want to keep our dreams on an imaginary level, by the fear of being disapointed or not up to it.

Monday, August 18, 2014

L'Olmèque.



J'aime quand mes passions s'entremêlent.
Notamment lorsqu'il s'agit de voyages et d'habits. Les vêtements ethniques et costumes traditionnels m'ont toujours inspirés, qu'importe leur provenance. Je suis fascinée par la créativité des peuples à avoir instauré d'aussi beaux habits dans leur culture.
J'ai d'ailleurs parfois du mal à imaginer que certaines civilisations aient pu vraiment fouler la même Terre que nous. Certains empires grandioses, auparavant si puissants, réduits à néant en une poignée de siècles. La Grèce et l'Égypte antique, et toutes ces civilisations pré-Colombiennes - pour n'en citer qu'un petit nombre - vivant aux gré de croyances et de magie; qu'est-ce qui a changé de nos jours ? J'ai parfois l'impression qu'en Occident, nous avons anéanti toute trace de fantaisie.
C'est dans les accessoires que j'aime faire ressortir certains imprimés ethniques. Je suis férue de chaussettes, et j'ai eu un véritable coup de cœur pour ces chaussettes "Olmèque" de Sammy Icon. C'est cet esprit de voyage qui m'a attirée, tous ces imprimés colorés et originaux présents dans leur collection invitent à l'évasion.


I appreciate when my interests become entangled.
In particular when it's about travels and clothes. Ethnic costumes has always inspired me, wherever they come from. I am fascinated by the creativity of some nations to have established such beautiful attires in their culture.
Sometimes I can barely imagine some civilisations could have set foot on the same Earth as us. Some grandiose empires, beforehand so powerful, reduced to nil in few centuries. Ancient Greece, Ancient Egypt, and all these pre-Columbian civilisations - only to name a few of them - living according to beliefs and magic; what has changed nowadays ? I often have the impression our Occidental culture has annihilated every trace of fantasy.
It's with accessories that I like to bring out ethnic prints. I am fond of socks, and I had a real crush for these "Olmec" socks from Sammy Icon. I've been attracted by this travel vibe presented in the collection, with all those colorful and original prints which invite to evasion.

Wednesday, July 16, 2014

Move Your Dancing Feet.



On pourrait comparer un trait de personnalité à un trait de crayon.
Ainsi, la gomme pourrait être le passage du temps. Un trait de crayon bien appuyé restera en partie visible, même après le passage de la gomme. On ne peut jamais vraiment gommer nos traits de caractère, qu'importe qu'on veuille camoufler nos ratures, le papier restera à jamais marqué.
Je crois en l'évolution et en l'amélioration de notre être à mesure que le temps passe. C'est le temps qui nous façonne et nous rend sage. Cependant, c'est de part quelques circonstances que ces briques qui nous construisent peuvent s'écrouler et mettre à nu le cœur de nos entrailles. Nous sommes notre passé qui coule dans nos veines et qui alimente notre mémoire. N'ayons pas peur d'écouter ces vieux fantômes, que l'on croyait à jamais noyés dans les eaux profondes de notre amnésie volontaire, refaisant surface pour nous rappeler à l'ordre et nous murmurer dans le creux de l'oreille qu'il ne faut pas oublier. Ne jamais oublier quelle personne nous avons été au départ du chemin. C'est ce sentier cabossé et tortueux que nous avons traversé, au gré des soleils et des tempêtes, ce sentier qui nous forge et qui ne cesse d'être sculpté sous la pression de nos pas. Il faut regarder en arrière pour comprendre et pouvoir être fier, sans perdre de vue les champs de lavande dont le somptueux parfum nous guide par delà les brouillards et les nuits sans lune. L'évolution à ce même avantage et inconvénient; rien ne peut tout à fait redevenir comme avant.


I believe time helps us to evolve, to become a better person.
Time shapes us and makes us wiser. However, the bricks which build ourselves may collapse, exposing our wounds and weaknesses. We are our past that flows in our veins and feeds our memory. We should not be afraid to listen to those old ghosts, the ones we thought they've drowned in the depth of our willed amnesia, coming back to whisper in our ear why we should never forget. Never forget the person you were at the beginning of the path. This twisty and chalky path we have crossed, through storms and sunlight, never cease to be carved under the pressure of our feet. We should look back to understand and to be proud, without losing sight of the lavender fields whose delightful smell guide us beyond the fog and moonless nights. Evolution has this very same advantage and drawback; nothing can be precisely the same as before.

Friday, June 27, 2014

Brune.




J'ai toujours aimé me déguiser.
Les soirées à thème étaient pour moi une partie de plaisir. C'est étonnant de pouvoir se transformer, se regarder dans le miroir et être face à quelqu'un d'autre que soi.
C'est pour ça que j'aime beaucoup les perruques. J'avais écris un article, il y a déjà un moment de cela, où j'en portais une longue. Ici, j'ai opté pour cette perruque courte qui vient de chez Yesfor. Je suis frappée de voir à quel point un simple changement capillaire transforme complètement l'aspect de mon visage. Je peux rester plusieurs minutes scotchée devant mon miroir, à m'examiner sans vraiment avoir recul, interloquée comme face à un problème mathématique.
Je ne porte jamais de rouge, sauf en pyjama. Néanmoins, je trouvais cette combinaison vraiment mignonne, et le fait de la porter avec des cheveux bruns en change considérablement l'effet. Je ne saurais trop dire pourquoi, sans doute un cliché inconscient, une brune habillée en rouge me fait tout de suite penser au terme "femme fatale". J'en suis bien loin, et puis jusqu'à nouvel ordre, je me cantonnerais à mon blond platine défraîchi.
Avez-vous essayé beaucoup de couleurs de cheveux ? Laquelle vous va le mieux ?


I always enjoyed to be disguised.
Party themes were a pleasure for me. It is surprising to be able to transform ourselves, looking at us in the mirror and feeling like a stranger in our own body.
That's why I love wigs. I wrote an article some times ago where I wore a long brown one. Here, I opted for this short wig from Yesfor. I'm amazed to see how a simple hair change literally transforms the aspect of my face. I can stay several minutes in front of my mirror, looking at myself, taken aback as if I had to solve a mathematical problem.
I never wear red, except for my pyjama. However, I found this playsuit really cute, and wearing it with brown hair considerably change its effect. I couldn't really explain why, maybe an unconscious cliché, a brown haired woman dressed in red symbolizes for me the word "femme fatale". I'm far from this appellation, and for now, I'll stay with my faded platinum blond.
Have you tried a lot of hair colors ? Which one suits you the best ?

Monday, June 16, 2014

Destino.




Black longline gilet : Front Row Shop / Jelly sandals : Asos / Maxi dress : Asos / Printed shirt, backpack & scarf : Second Hand.

Une si longue absence.
Le temps s'égraine, je n'arrive plus à en ramasser une miette. C'est là qu'on remarque la subjectivité de cette notion; le temps n'est ni lent, ni rapide. Le temps n'est rien, d'ailleurs. C'est simplement notre perception et notre conscience qui le fait exister.
Entre la fin d'une étape et le début d'une autre, je n'ai eu que peu de répit. Néanmoins, j'ai pu goûter pour quelques jours à la douceur de ma Loire chérie, et en profiter pour retomber dans mon activité de blogueuse. Ici en l'occurrence, c'est ce magnifique gilet de chez FrontRowShop qui m'a motivé à reprendre du service. Je dois avouer que ces derniers mois, ma passion pour l'Asie n'a cessé de se décupler, et mon inspiration vestimentaire s'oriente vers des formes plus amples et fluides, dans un certain esprit Japonais. C'est d'ailleurs ce même esprit qui m'a beaucoup plu dans les collections de FrontRowShop.
L'heure est à la prise de conscience globale. Accepter l'imperfection, faire preuve d'altruisme, orienter mes pensées vers le moment présent. C'est assez curieux d'ailleurs, comme le changement intérieur se répercute sur notre enveloppe extérieure. C'est là que je constate que les vêtements peuvent vraiment être le miroir de l'âme, ou du moins l'expression de notre identité. Je ne cherche plus à faire compliqué, j'ai abandonné mes vêtements trop serrés, mes chaussures trop inconfortables. Je me débarrasse du superflu, intérieur comme extérieur.


It was a long absence.
Time is passing by, I can't even grab a little piece of it. Time is subjective; it's neither slow or fast. Time is nothing; only our perception and our conscious are making it real.
Between the end of a stage and the begining of a new one, I didn't have respite. However, I could enjoy for few days the mildness of my lovely Loire and work a bit on my blog. Here in this case, it's this beautiful gilet from FrontRowShop which motivated me to get back into action. I must say, in the past months, my passion for Asia never stopped to increase and my sartorial inspiration is more focused on loose and fluid forms, inspired by Japanese spirit. That's why I loved so much the collections of FrontRowShop, which are close to this idea.
These days have been dedicated to self-awareness. To accept imperfection, to show altruism, to turn my thoughts on the present moment. It is pretty curious to notice how an inner change has an impact on our external appearence. In this case clothes are the true expression of our identity. I no longer try to make it complicated, I've abandonned my tight clothes and my incomfortable shoes. I'm letting go the superfluous, inside as well as outside.

Wednesday, May 7, 2014

The Olive Tree.



Don't ask from where I have come.
My home is far, far away.
Why do you wander so far ?

Il fallait le faire.
J'aurais pu patienter encore des mois, des années, une vie. Il arrive un moment où il faut prendre ses rêves en mains, les extraire de sa conscience et les balancer là, sur le fil de son existence. Non, plus tard n'est jamais mieux, plus tard n'arrive jamais. On remet tout à plus tard. On s'accable de prétextes, le moment n'est jamais venu; on dit qu'on manque d'argent, de temps. On manquera toujours d'argent et de temps. Finalement, ce qui nous retient de vivre nos rêves, c'est la peur.
Peur de l'échec, peur d'y laisser notre confort, notre sécurité. Peur de l'inconnu, peur de l'effort. Peur de vivre. Je ne veux plus avoir peur.
Avec un aller simple en poche pour la Chine, je m'en vais découvrir les contrées de l'Extrême-Orient, dans cinq mois seulement. Cinq mois ! Et rien n'est prêt. Cinq mois, quelle folie ! Et plus j'y pense, plus mon esprit s'échappe déjà dans ces paysages que j'imagine onirique, et qui me sont pourtant encore inconnus.
Je me suis posé beaucoup de questions. On s'en pose tous, on s'interroge sans cesse. C'est primordial, il faut s'interroger, il faut dénicher ce que notre être profond désir plus que tout. Nous n'avons qu'une vie pour accomplir nos rêves. L'avancée du monde, l'avenir incertain, la décadence de notre société auront eu raison de ma décision; qu'est-ce qui importe vraiment, au fond ? Dans quelle illusion vivons-nous ? Tout est éphémère, tout peut s'écrouler. Et personne, jamais personne, ne sera heureux à notre place. Nous sommes les uniques responsables de notre bonheur.
Je ne sais pas ce qu'il adviendra de ce voyage. Je n'ai pas prévu de date de retour. Nul ne peut prédire si mon courage s'effondrera au bout de deux semaines, ou au bout d'un an. Je ne sais pas, je ne veux pas savoir. Je veux le vivre.
J'ai des centaines de projets en tête. Mon cerveau baigne dans un jus d'idées en ébullition. Je n'arrive pourtant pas à les mettre en place, à les extraire, comme je le disais plus haut. Quel est ce blocage invisible et pourtant si féroce, si dévastateur ? Le voyage, c'est aussi pour cela que je veux l'accomplir; de nouvelles portes s'ouvrent, des sourires, des rencontre propices à stimuler notre créativité, notre force, notre volonté. Je le sais, le plus souvent il ne suffit pas d'aller bien loin. Mais il y a de ces pays qui vous appellent, et leur écho résonne en vous pendant des mois, des années, une vie. Dès lors, il faut le laisser guider nos pas.


I had to do it.
I could have waited for months, for years, for life. There's a moment where you have to hold your dreams in your hands, extract them from your conscious and throw them right here on your life path. No, later is not better, later never happens. You burry yourself under excuses, thinking it's not the right moment; you say you never have enough time, enough money. You'll never have enough time nor enough money. Fear, it is only fear which prevents you to live your dreams.
Fear of failures, fear to leave your comfort zone, to leave your security. Fear to face the unknown, fear to make efforts. Fear to live. I don't want to be afraid anymore.
With a one-way ticket to China, I'm going to explore the lands of the Far East. The departure is scheduled for octobre 2014. In five months ! And nothing is ready. Five months, what a madness ! And the more I'm thinking about it, the more my soul is escaping in those landscapes I imagine to be oniric.
I asked myself thousands of questions. All of us, we're constantly asking questions to ourselves, we need to find answers. It is essential, you have to ask questions, you have to find out what is your deepest desire. We only have one life to fulfill our dreams. The uncertain future, the way the world goes mad... it confirmed my decision; in the end, what does really matter in life ? In which illusion are we living ? Everything is ephemeral, everything can crash down. We are the only responsible for our own happiness.
I don't know what will happen during this trip. I haven't schedule any return date. No one can predict if my courage will collapse after two weeks, or after one year. I don't know, I don't want to know. I want to live it.
I have hundred of projects in mind. My brain soak in a boiling juice of ideas. I can't extract them, I can't make them real. What is this invisible blocking, yet ferocious and devastating ? The voyage, it is also the reason I want to accomplish it; it opens new doors, smiles and encounters favourable to stimulate your creativity, your force, your willpower. I know, sometimes you don't need to go far away. But there are some of those countries which are calling you, and their echo resound into you for months, for years, for life. Then, just let it guide your feet.


Monday, April 21, 2014

DIY : Lotion tonique pour le visage - naturel & fait maison.


J'attache une grande importance à ce qui est naturel.

C'est pour cela que j'ai complètement arrêté d'acheter des cosmétiques pour la peau. Pourquoi tant de noms agressifs et complexes réunis dans un produit où seulement trois ou quatre d'entre eux seraient réellement utiles ? Je n'aime pas me dire que j'applique ces substances inconnues, voire nocives. Je me tourne de plus en plus vers le tout naturel et le fait maison - le dilemme, c'est la décoloration de mes cheveux, mais c'est une autre histoire.
Mon geste du matin pour faire ma toilette, c'est d'appliquer cette lotion tonique sur mon visage pour me "réveiller", puis de l'huile de coco pour m'hydrater.

Passons donc aux choses sérieuses. Qu'avons-nous besoin pour créer une lotion tonique au naturel ?

• Un sachet de thé vert (antioxydant, purifie et apaise la peau)
• Un demi-citron (éclaircissant, tonifiant, anti-imperfections)
• Quelques gouttes de votre huile essentielle préférée (parfume, vertus différentes selon les huiles)
• Optionnel - Un peu de bicarbonate de soude (exfoliant)
• Un flacon vide (j'en ai pris un de 200 ml) et éventuellement un entonnoir (on peut se débrouiller sans, mais personnellement j'en ai mis partout à côté).

Faites chauffer de l'eau jusqu'à ce qu'elle soit frémissante. Laissez infuser votre thé vert dedans pendant toute une journée. Une fois le thé infusé, versez-le dans votre flacon, pressez le demi-citron et ajouter le jus, les gouttes d'huile essentielle et quelques pincées de bicarbonate de soude si vous le souhaitez. Fermez le flacon, agitez bien le tout. Voilà, votre lotion est prête ! Vous pouvez ensuite vous hydrater avec une huile végétale, selon votre type de peau.
Simple et efficace, votre peau en sera plus douce et radieuse ;-)

Quelles sont vos astuces pour avoir un beau teint ?



Homemade and natural facial toner.

I attach importance to natural products. That's why I've stopped to buy cosmetics for the skin. Why so many agressive and complicated names gathered in a product where only three or four of them would be really useful ? I don't like to think that I apply those unknown substances on my skin. I'm more focused on the all-natural and homemade products - the dilemma is that there's no natural way to bleach my hair, but that's another story.
The morning, I use this facial toner to "awake" my skin, then I moisturize it with coconut oil.

So, let's start to make our own natural facial toner ! What do we need ?

• A green tea bag (antioxidant, purifies and soothes the skin)
• 1/2 lemon (lightens, anti-imperfections)
• Few drops of your favourite essential oil (check out the different properties of essential oils)
• Optional - 1/2 teaspoon of baking soda (exfoliates)
• An empty flacon (I took one of 200 ml) and eventually a funnel (even though you can manage without it).

Heat water until it simmers. Pour the water on the green tea bag, steep it for a day. When it is done, pour it in your flacon, squeeze the lemon, add its juice, the drops of the essential oil and the baking soda. Close the flacon and shake it. There it is, your lotion is ready ! Then you can moisturize your skin with vegetable oil, according to your skin type.
Simple and effective, your skin will be softer and radiant ;-)

What are your tricks to have a beautiful complexion ?





Follow Couleur Spleen Follow Me on Pinterest

Monday, March 31, 2014

The Moon belongs to Everyone.



Le temps était mélancolique, pour un dimanche de printemps.
Gris d'hiver, gris de vent. Les immenses flaques d'eau boueuses freinaient les passants dans leur promenade bucolique. C'est ainsi, on ne peut jamais prendre une saison pour acquise. Mais rien n'y fera; dans ma tête c'est le printemps.
Tout un monde reprend forme. Chaque année c'est le même spectacle, simple mais magique. Un spectacle que l'on ne prend plus le temps de regarder, qui a vu disparaître, au fil des siècles, les poètes et les artistes dépeignant sa volupté. Le printemps, c'est une lueur d'espoir : tout, dans l'univers, est un cycle. Il y a une renaissance, une résurrection de chaque parcelle de vie. On devrait s'en servir de leçon; rien n'est figé, même de la plus grise des existences pourra éclore un soupçon de couleurs et d'harmonie.
On dit que les hirondelles ne font pas le printemps, tout comme les robes. Malgré tout, j'avais la terrible envie de porter celle-ci qui vient de chez Koshka, que j'ai superposé à une chemise. Les bourrasques faisaient battre les manches, qui semblaient prendre un volume démesuré, des centimètres de tissu apparaissant soudainement, sortis de nulle part.
J'aime bien l'air marin de cette robe. Bleue et blanche, comme les vagues et l'écume. Ça me rappelle quelques chef-d'œuvres de l'art japonais.
Et vous, qu'est-ce qui symbolise votre printemps ?


It was a melancholic weather, for a sunday Spring.
Grey as winter, grey as the wind. The immense muddy puddles slowed down the passerbys during their bucolic promenade. That's how it is, we can never take a season for granted. Still, nothing can help; it's Spring in my head.
An entire world goes back to life. Every year is the same show, simple but magical. A show we tend to forget to look at, and which has seen disapearing, over the centuries, poets and artists depicting its volupty. Spring is a glimmer of hope : everything in the univers is a cycle. There is a revival of each fragment of life. We should learn from this fact; nothing stays still, even from the greyest life it might blossom a pinch of colours and harmony.
In France, we say "One swallow does not make a spring." It's the same for dresses. Nevertheless, I had the strong desire to wear this one from Koshka, that I layered with a shirt. The squalls made the sleeves floating in the air, taking disproportionate volume, centimeters of fabric coming from nowhere.
I love the sailor style of this dress. White and blue, as the waves and the foam. It reminds me some masterpieces of Japanese art.
What is the thing which symbolizes Spring for you ?


Dress : c/o Koshka / Sheer shirt : H&M / The rest is second hand

Friday, March 21, 2014

L'Égalité.



Je fais partie de ces personnes qui font des monologues intérieurs.
Faire des débats sur un thème précis, exposer différents points du vue, décider duquel correspond le mieux à ma façon de concevoir le monde.
La définition du féminisme, selon le dictionnaire, est l'action qui vise à étendre et améliorer les droits des femmes au sein de la société. C'est une chose qui devrait couler de source et qui me semble plus que primordiale; l'homme ayant exercé, pendant des siècles, une domination injustifiée sur la femme, il est grand temps, avec l'avancée du monde moderne, de mettre en place un équilibre, une égalité homme/femme. Même si tous les pays n'en sont pas au même stade à ce sujet, l'important n'est pas de se préoccuper du monde, mais de ce qui est à notre portée, de ce que nous pouvons faire à notre échelle. Néanmoins, ce n'est pas si simple. De mon point de vue, tant qu'on divisera l'espèce humaine en deux sous-catégories différenciant leurs sexes, jamais on ne pourra être sur un même pied d'égalité.
"Diviser, c'est catégoriser. Catégoriser, c'est opposer, engendrer un conflit."
À partir du moment où deux groupes sont répertoriés distinctement, se sentant différent l'un de l'autre, il y en a un des deux qui voudra s'imposer. C'est ainsi dans n'importe quel contexte, ethnique ou religieux par exemple. Sur le net, on peut tomber sur nombres d'articles pseudo-scientifiques cherchant à démontrer les différences hommes/femmes - ont-ils le même cerveau ? Les femmes sont-elles plus jalouses ? Les hommes sont-ils moins émotifs ? - des questions à la con, excusez-moi du terme. On veut nous faire croire que les hommes et les femmes sont des entités différentes, qui n'ont pas la même manière de penser ou de voir le monde. On n'arrête pas de faire des généralités absurdes et des idées préconçues qui creusent encore plus le fossé.
Pourtant, à part des différences physiques indéniables, je ne crois pas qu'à la naissance, un homme et une femme soient différents l'un de l'autre. Le deviennent-ils car on leur a dit, depuis leur enfance, de l'être ? Car la société nous enveloppe dans des rôles précis, elle veut définir le genre, dès le plus jeune âge. Ce que l'on prend alors pour naturel n'est que superficiel. Ce n'est pas inné, mais acquis à cause des codes insensés qui ont étés instaurés.
Si l'on pensait en terme d'être humain, avant de penser en terme de genre, alors peut-être que l'on pourrait avancer vers une vraie égalité. Mais pour ça, il y aurait déjà des mots et expressions misogynes, pourtant cités au quotidien, qui devraient être supprimés du langage. Car malheureusement, la langue française, si belle soit elle, en est remplie. Rien que le terme "Homme" pour désigner l'ensemble des êtres humains illustre parfaitement cet exemple, ou encore cette règle qui vise à appliquer le genre masculin même si les femmes sont en nombre supérieur. Inconsciemment, on donne une plus grande importance au genre masculin.
Qu'en pensez-vous ? Le genre nous divise t-il ? Permet-il de nous aider à nous construire, ou, au contraire, nuit-il à notre apprentissage et à notre égalité ?


I'm this kind of person who make inner monologues.
Having discussions with different points of view, and deciding which one suits the best to my values and my way to conceive life.
The definition of feminism, in the dictionnary, is the movement which defends and establish rights and equality between women and men. It is something which seems to be obvious; men, for centuries, exerted an unjustified domination on women. We are lucky enough to live in a modern and advanced society, it's high time to settle equality between genders. Even if all the countries are not on the same level about this topic, the most important is to be concerned about what happen in our surroundings, and change what is in our reach. However, it is not as simple as it sounds. In my opinion, as long as we will divide the human species in two sub-categories differencing their sexes, never we could be on an equal footing.
"Dividing is categorizing. Categorizing, it's opposing, creating a conflict."
When two groups are listed distinctly, feeling different to each other, one of them will try to impose itself. It is the case in several contexts, such as religion or ethnicity. On internet, we can read tons of so-called scientific articles trying to figure out what are the differences between men and women - do they have the same brain ? Are women more jealous ? Are men less emotive ? Dumb questions. They want us to think that men and women are two different entities, without the same way of thinking. There are always generalities and preconceived ideas which dig deeper the existing gap.
However, despite undeniable physical differences, I don't believe women and men are different when they born. Do they become different because they are told, during their childhood, to be different ? Society wrap us in specific roles, it wants to define gender very early. What we take for natural is only superficial. It is not innate, but acquired because of the senseless codes that have been established.
If we could think in term of human being, before thinking in term of genders, then maybe we could walk in the direction of a true equality.
What's your opinion ? Does gender divide us ? Does it allow to build oneself as a human, or, on the contrary, does it damage our learning and our equality ?


Friday, March 14, 2014

Souvenir d'un voyage.




J'ai bien envie de vous conter l'histoire du badge rectangulaire, "Палех".
Je l'avais acheté, lui et un autre vraiment superbe, dans une petite boutique à Veliko Tarnovo, en Bulgarie. C'était un magasin magnifique, en bazar, rempli de vieilleries soviétiques. Ce genre d'endroit où il est presque impossible de tout voir, où les montagnes d'objets forment une harmonie qu'on ne voudrait pas bouleverser. Le vendeur, parlant anglais - une chance ! - m'offrit le café, et nous discutâmes longuement. Je repris la route, heureuse de mes deux petites trouvailles que je m'empressa d'épingler à ma veste. Malheureusement, à mon arrivée à Sofia, la lanière de mon sac, trop précipitamment remit, arracha tous mes badges qui s'étalèrent sur le pavé. Perdue dans la ville, et pressée car j'étais attendue, je n'ai pu en récupérer qu'un sur les deux tombés. L'autre, un joli badge rond et doré dont l'image est maintenant voilée par le temps, est peut-être encore sur le béton dur d'une rue de Sofia. J'aurais toujours le regret de ne pas l'avoir retrouvé. Il y a de ces objets sans lesquels un souvenir sombrerait dans le néant, à jamais oublié. C'est sans doute pour ça que, sans être pour autant matérialiste, j'attache une importance particulière aux babioles qui raniment des bribes de vie.
Vous attachez de l'importance aux objets ?


I feel like sharing with you the story of the rectangular badge, "Палех".
I bought it, with another one, in a small shop in Veliko Tarnovo, a city of Bulgaria. It was an amazing shop, a messy shop, filled with old sovietic stuff. This kind of place where it's barely possible to see everything, where the mountains of objects are shaped in such a harmony we wouldn't like to disarranged. The seller, speaking english - what a luck ! - offered me coffee and we talked for a while. I went back on the road, proud of the two finds I immediately pinned on my jacket. Unfortunately, when I arrived in Sofia, the strap of my bag teared off all the badges which fell on the ground. Lost in the city, and in a hurry as I was expected, I only found one of the two badges. The other one, a beautiful round golden badge whose image is now obscured by the passed years, is maybe still on the hard concrete in Sofia's streets. I will always have the regret to not found it back. There are some of those objects without which a memory would sink into nothingness, forgotten forever. That is the reason why, without being a materialistic person, I attach importance to stuff which revived fragments of life.
Do you attach importance to objects ?



Crop top : c/o Koshka x Chictopia / Jacket : Second Hand / Pants : Second hand

Monday, February 24, 2014

Coïncidences.



J'ai débuté un carnet de coïncidences.
Le principe est simple; relater tous les événements qui semblent avoir un lien entre eux, que ce soit la répétition d'un même chiffre au cours de la journée, un prénom, un lieu, une chanson, etc. Soit, ça semble un tantinet maniaque, mais je trouve l'expérience intéressante. Je me demande si, d'une certaine manière, les coïncidences pourraient nous aider à orienter notre vie, savoir quel chemin emprunter. Et Dieu sait que mon sens de l'orientation est lamentable.
C'est mon côté mystique qui parle, car en tant que bonne agnostique, je n'ai pas encore décidé si je croyais plutôt au hasard, ou plutôt aux coïncidences.
Et vous, quel est votre rapport aux coïncidences ?


I've started a "coincidences notebook".
Basically, it's about writing down all the events which seem to be linked together; the repetition of a same number within the day, a name, a place, a song, etc. Well, it seems a bit obsessive, but I find the experience interesting. I'm wondering if, somehow, coincidences may help us to orientate our life, to choose which way we have to follow. And Lord knows that my sense of directions is appalling.
That's my mystic side which speaks, because as a true agnostic, I haven't decided yet if I tend to believe more in random or in coincidences.
And you, what is your relation with coincidences ?

Monday, February 10, 2014

Paris, les fleurs.



J'aimerais bien avoir la main verte.
Car je fais mourir les plantes. C'est vraiment triste. Je commence à me dire que j'ai un très mauvais karma. Pourtant je m'efforce d'être un meilleur être humain, un peu plus chaque jour.
Cet engouement pour les robes - robes à fleurs, particulièrement - né il y a quelques mois déjà, ne fait que s'accentuer avec l'approche des beaux jours. C'était lors de mon séjour à Paris, à la fin du mois de Janvier, que j'ai déniché cette petite merveille bleue, dans le bac à un euro de chez Freep Star. Le béret provient du même bac. Mes deux trouvailles semblent être faites l'une pour l'autre.
Je ne vais pas souvent à Paris, mais quand j'y vais, tous mes préjugés sur cette ville s'en vont. Le mythe des Parisiens qui tirent la gueule semble m'éviter. J'ai toujours trouvé des gens très accueillant et prêts à m'aider quand je leur demandais.
C'est vrai que Paris n'est plus la même; la ville romantique et bohème, le sanctuaire des artistes et autres intellectuels changeant la face du monde dans un café enfumé. C'est un vieux souvenir qui lui colle à la peau et qui reste ancré dans la mémoire collective - Ah, Paris ! Pourtant il y flotte toujours un soupçon de magie, comme si la ville restait hantée par les fantômes de son passé tumultueux et grandiose.
Paris, est-ce toujours une ville rêvée ?


I wish I had green fingers.
Because each flower I own dies. I'm sad about it. I start to think that I have a very bad karma. Even though I try hard to be a better human day after day.
My craze for dresses - floral dresses, especially - which began some months ago already, doesn't stop to increase with the coming of Spring. It was during my stay in Paris, at the end of January, that I've found this little blue wonder, in the one euro section of a second hand shop called Freep Star. The beret comes from the same place. These two finds were meant to be combined together.
I don't go often to Paris, but when I'm there, all my prejudices on this city are flying away. The myth of the rude and upset Parisian seems to avoid me. I've always found nice people willing to help me when I asked for help.
Paris is not the same as before; this romantic and bohème city, the sanctuary of artists and intellectuals changing the face of the world in a smoky café. All is only an old memory sticking to its skin, staying anchored in the collective mind - Ah, Paris ! However, there is still a certain magic floating around, as if the city was haunted by the ghosts of its glorious and magnificient past.
Paris, is it still a dream city ?


Friday, January 31, 2014

Ciel bleu.



Il faisait doux.
Mon manteau reflétait la couleur du ciel. Un timide soleil réchauffait l'âme des arbres hibernants, et mes chaussures immaculées s'enlisaient dans la terre molle et collante. J'avais décidé, pour cette fois-ci, de ne pas mettre de chapeau.
J'aurais bien aimé continuer ce texte avec un rebondissement sensationnel concernant la décision de ne pas avoir couvert ma tignasse délavée, mais il n'y a rien à ajouter. Du bleu ciel et pas de chapeau, je me suis dis que ça changerait.
Et comme dirait cet homme qui se promenait avec son fils, en me regardant droit dans les yeux : "C'est super, hein !" Je cherche toujours le sens de sa phrase. J'ai quand même répondu avec un grand sourire "Oui, c'est vrai.", comprenant qu'il parlait du beau temps. Mais je ne suis pas vraiment sûre. Parfois on répond des choses sans avoir compris le sens de ce qui a été dit. C'est seulement après coup qu'on se sent un peu bête.


It was a gentle weather.
My coat reflected the color of the sky. A sun, shy, warmed the soul of the dormant trees, and my spotless shoes sank into the soft and sticky soil. I decided not to wear a hat this day.
I would have loved to continue this text with an unexpected development about my decision, but there's nothing more to say. Wearing a sky blue coat and no hat, I thought it would change a bit.
As said a man who was walking with his son, looking at me straight in the eyes : "It's great, right !" I'm still thinking about the sens of his sentence. I replied with a big smile "Yes, indeed.", as I thought he spoke about the gentle weather. But I'm not sure. Sometimes we answer some things without understanding what was said. It's only after that we feel a bit stupid.

Wednesday, January 22, 2014

The Bat Poet.



"Once upon a time, there was a bat -
A little brown bat, the color of coffee with cream in it."

J'aime beaucoup les chauves-souris. Animal hors du commun - un mammifère volant ! - discret, mystérieux. Il y eu un temps lointain où des chauves-souris logeaient dans ma cave; une nuit, en rentrant dans ma chambre, j'étais étonnée de voir ce que je pensais être "un gros papillon" suspendu au coin du mur. Vous vous en doutez, ce n'était pas un papillon. Je me demande d'ailleurs par quel mécanisme miraculeux la chauve-souris tenait la tête en bas. Bref, mon papa la chassa de ma chambre, et j'eu quelques regrets. J'aurais bien aimé aller la voir de plus près, l'apprivoiser et, peut-être, en faire mon amie.
Cherchant un livre d'illustrations dans le style de Kay Nielsen, je suis tombée sur cet ouvrage, "The Bat Poet". Ces trois mots suffirent à attirer mon attention, et m'inciter à l'achat. De la poésie et des chauves-souris, le tout avec de superbes illustrations : un bouquin aussi beau à regarder qu'à lire. Et tant pis s'il est destiné aux enfants; les livres jeunesse sont rempli du bon sens que l'on tend à oublier.

I really like bats. Unusual animal - a flying mammal ! - discrete, mysterious. A long time ago, there were bats living in my cellar. One night, while I was ready to go to bed, I've been surprised to see what I called a "huge butterfly" hanging from the ceiling. You're right; that was not a butterfly. I'm still wondering by which miraculous mechanism the bat could stand upside down. My father put it outside, and I had regrets. Somehow I wanted to see it closer, I wanted the bat to be my friend.
I was looking for an illustration book in the style of Kay Nielsen when I stumbled upon "The Bat-Poet". These three words were enough to draw my attention and incite to purchase the book. Bats and poetry, with, above all, wonderful illustrations : a pleasure to read and to see. And I don't care if it is meant for children; books for kids are filled with morals and truth.


Long cardigan : Persunmall / Necklace : Look Vintage / Shorts : Miss Selfridge via Ebay / Chunky sweater : Sheinside / Beret : Second Hand.

Friday, January 3, 2014

Boho d'Hiver & Look Vintage.




Dress, necklace and bracelet : *c/o Look Vintage / Kimono : *c/o Telltale Hearts

Les maxis robes, c'est quelque chose.
Je rêvais devant certaines images de street-style, m'étant mise en tête - pour une raison inconnue - que les longues robes ne m'iraient pas. Pourtant, Dieu sait que je désirais vraiment en porter une. Je le sais bien, il ne faut jamais juger avant d'avoir essayé : ce n'est pas parce que quelque chose est différent et pas - encore - intégrer à notre style qu'il faut pour autant le dénigrer.
Et puis un jour, il n'y a pas si longtemps de cela, j'ai reçu un colis. En tirant sur un joli ruban et déballant délicatement le papier mauve, j'ai eu le bonheur de découvrir cette magnifique robe de chez Look Vintage. Je suis immédiatement tombée sous le charme ! Intemporelle, légère, se portant été comme hiver; la robe de rêve. Deux bijoux somptueux l'accompagnaient également. Je n'ai pas hésité une seule seconde à combiner le tout, moi qui ai un penchant pour le style bohème ces temps-ci, je n'aurais pas pu imaginer un meilleur combo.
Il faut dire qu'en tant que chasseuse de fripes, cette boutique est l'aubaine pour dénicher des trésors. Car, comme dans une friperie "réelle", il n'y a pas de place pour l'uniformité; chaque pièce est unique. C'est ce qui me plaît le plus dans l'univers de la seconde main, c'est une manière de consommer différente, plus éthique à mon sens. Je pense qu'il est de plus en plus important, surtout par les temps qui courent, de s'interroger et de revoir sa manière de consommer.
Heureusement que dans notre monde où règne les productions de masse et les vêtements pour clones, quelques oasis comme Look Vintage nous proposent la différence et l'exclusivité.
Êtes-vous habitués des fripes ? Ou préférez-vous les grandes enseignes ?


______
Premier article de 2014; j'espère que vous avez passé un bon réveillon. Je vous souhaite une année remplie de bonheur et bonnes surprises ! Merci à vous d'être là et de me lire en ce début d'année.
PS : Félicitations à Michelle qui remporte le concours Sammydress !



Maxi dresses are something.
I dreamed in front of street-style snaps, thinking that maxi dresses couldn't suit me. However, Lord knows how strongly I wanted to own one. I know we musn't judge until we tried : it isn't because something is different and not - yet - incorporated in our style that we have to denigrate it.
And a day, not a long time ago, I received a parcel. I unwrapped the violet paper and suddenly I've been filled by happiness when I saw this dress from Look Vintage. Immediatly, I fell in love. Timeless, soft, wearable both in winter and summer; the dream dress. Two jewels accompanied it. I haven't hesitated one second to combine all these new garments; I'm in the mood for boho styles these days, I couldn't imagine a better combo.
As a second hand hunter, this store is a bargain to find treasures. Like a "real" secondhand shop, there's no place for uniformity; each single piece is unique. It's what I love the most in the secondhand universe, it's a different way to consume, more ethical in my opinion. I think it became more important, especially nowadays, to think and eventually change our way to buy.
Fortunately, in our world where massive productions and clothes for clones reign supreme, there are some oasis as Look Vintage which propose difference and exclusiveness.
Are you accustomed to secondhand stores ? Or do you prefer to shop in the big clothing companies ?


______
First post of 2014; I hope you had a lovely New Year's Eve. I wish you happiness and loads of good surprises ! Thank you for being here and reading this.
PS : Congrats to Michelle who win the Sammydress giveaway !


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...